Francuski suci zadržavaju pravo zaustavljanja mečeva zbog pjesama koje zlostavljaju

PARIS (AP) – La Ligue française a insisté mercredi pour que les arbitres aient toujours le droit d'arrêter les matches en cas de chants homophobes, malgré le fait que le président de la fédération nationale leur demande de ne pas interrompre le jeu.

La fédération française de football a informé les arbitres Mardi, le président Noël Le Graët ignorait une directive de la FIFA et n'arrêtait plus les matches lorsqu'il y avait des chants homophobes. En réponse, des groupes anti-discrimination ont exhorté Le Graët à démissionner.

Plusieurs matchs de ligue dans Les deux principales divisions de la France ont été interrompues par les arbitres cette saison.

Les représentants des groupes anti-discrimination et du football français Des groupes de supporters ont rencontré la Ligue française – ou LFP – mercredi pour discuter de la question avant la reprise des matches de championnat ce week-end.

«Nos délégués ont un cadre de travail. S'il y en a, et seulement s'il y a des chants discriminatoires, ils alerteront l'arbitre, qui sera finalement le seul à prendre la décision d'interrompre le match ou non », a déclaré Didier Quillot, directeur général de LFP. “L'homophobie est un fléau et elle n'a pas sa place dans les stades.”

La présidente de LFP, Nathalie Boy, a déclaré que les supporters de football n'étaient en général pas discriminatoires, mais que le langage utilisé par certains supporters n'a pas sa place.

” Le football a une responsabilité sociale. Le football doit assumer ses responsabilités », a-t-elle déclaré. “Pendant longtemps, nous avons peut-être toléré le fait de chanter dans les stades, mais aujourd'hui, la société ne les accepte plus.”

Pierre Barthélemy, avocat de l'Association nationale des supporters de supporters de football, a déclaré que les supporters travailleraient davantage à l'amélioration de la situation.

“Les supporters sont sensibles à toutes les formes de discrimination”, a-t-il déclaré. «Les partisans souhaitent participer et contribuer autant que possible à la lutte pour la diversité, pour l'égalité et pour le respect.»

Parmi les groupes anti-discrimination présents, figurait SOS Homophobia, dont le coprésident, Jeremy Faledam, s'est félicité des débats. [19659002] «Nous entamons un dialogue», a-t-il déclaré. «Des sanctions sont prises – cela nous permet de commencer à parler de ce sujet. C’est bien. “

Le débat a été déclenché par les commentaires de Le Graët dans une interview à la radio mardi.

” Dire que le football est homophobe et pourrait être le seul symbole de l’homophobie en France, c’est un peu fort. Je ne l’accepte pas », a déclaré Le Graët. «Nous ferons en sorte qu’il n’y ait plus de bannières (dans les stades); c'est différent.

L'entraîneur de la France, Didier Deschamps, a soutenu son président.

“Je le connais bien et je peux vous assurer qu'il a toujours lutté contre toutes les formes de discrimination dans le football”, a déclaré Deschamps après le match de la France. Victoire 3-0 contre Andora mardi en qualifications pour le Championnat d’Europe. «Nous espérons tous qu’il n’y aura pas de problème, mais il y en a. C’est aux autorités, y compris au ministre des Sports, de trouver les meilleures solutions. “

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a rencontré Le Graët lors du match de mardi. Dans un communiqué rendu public mercredi, la FFF a déclaré que Le Graët s'était engagé “pleinement” à lutter contre “toutes les formes de discrimination”.

La question suscite des divisions, avec des joueurs français Antoine Griezmann et Hugo Lloris exprimant différents avis.

Griezmann, qui a figuré sur la couverture du magazine LGBT Têtu et a déclaré qu'il accueillerait ouvertement les joueurs homosexuels, a déclaré à la radio que les arbitres devaient arrêter les matchs “que ce soit pour chants homophobes ou racistes , “Parce que finalement,” les gens vont arrêter de le faire. “

Mais Lloris, le capitaine de l'équipe de France, pense le contraire.

” En tant que joueur, je suis contre l'arrêt des matches. Ce n'est pas la solution appropriée, quelle que soit la forme de discrimination », a déclaré Lloris. «Vous devez vous battre contre cela, bien sûr, mais arrêter les matches n’est pas forcément la bonne solution. Cela n'empêchera pas une minorité d'imbéciles de faire ce qu'ils font à l'intérieur d'un stade. Il existe d'autres solutions et nous devons soutenir le LFP, ils prendront les bonnes décisions. »

Le match de premier plan en première division entre lijepo et Marseille le 28 août a été stoppé pendant plusieurs minutes au cours de la première moitié après que les supporters de Nice ont déployé trois banderoles portant des messages homophobes. Il y avait aussi des chants contre la LFP avec une insulte anti-gay souvent utilisée par les fans français.

Ovaj je članak prvo prikazan (na engleskom) https://www.foxsports.com/soccer/story/french-referees-keep-right-to-halt-games-for-abusive-chants-091119