Nigerija: pitanja izbora guvernera

[Social_share_button]

72 millions d’électeurs nigérians sont appelés aux urnes ce samedi, pour élire de nouveaux gouverneurs et des députés dans 30 des 36 Etats que compte la confédération. Des élections qui font suite à la réélection de Muhammadu Buhari, comme chef de l’Etat, avec 56% des voix. Ces scrutins qui se tiennent dans un contexte politique tendu dans certains Etats clés permettront de dessiner la carte politique du pays. Depuis le scrutin de 2015, le Congrès progressiste (APC) contrôle 23 gouvernorats et le Parti démocratique populaire (PDP) en dirige 13.

Ces élections seront cruciales pour l’Etat de Lagos. Depuis 1999, Lagos est entre les mains de l’APC, le Parti du congrès des progressistes du président Muhammadu Buhari. Mais pour la première fois, rien ne semble gagné d’avance, tant l’APC semble divisé. Et tant les habitants de la capitale économique expriment une lassitude vis-à-vis de l’emprise de Bola Tinubu, puissant homme politique, considéré comme un faiseur de rois.

« Son soutien moral et financier a toujours été primordial, mais les Lagosiens ne sont pas satisfaits des chantiers portés par l’APC ces dernières années », constate l’analyste Dolapo Adelana. Dans un tel contexte, poursuit cet observateur, le candidat de l’opposition du PDP a de l’espoir, malgré une campagne électorale plutôt timide.

Ensuite, les élections risquent d’être tendues dans les Etats du centre, troublés par les conflits entre éleveurs et agriculteurs, mais aussi dans le sud, à l’image de l’Etat pétrolifère de Rivers. C’est un bastion du PDP, mais lors de la présidentielle, près de 900 000 voies ont été annulées suite à des dysfonctionnements. Ces annulations alimentent un climat de suspicion au sein du PDP, qui avait rejeté les résultats de la présidentielle.

Autres tensions, liées cette fois à des luttes de pouvoir entre personnalités politiques, dans les Etats d’Akwa Ibom, mais aussi de Kano, la mégalopole du nord du pays, où le candidat du PDP, a été écarté de la course par la justice.

Enfin, à ces élections s’oppose une certaine indifférence des électeurs, frustrés dans certaines localités d’avoir vu leurs votes annulés lors de la présidentielle du 23 février dernier.


► Gouverneur, un poste très convoité

Ce scrutin est important pour les électeurs, car il leur permet de désigner un dirigeant qui va impulser leur vie politique et sociale au quotidien, pendant quatre ans.

Le poste de gouverneur est très convoité, car c’est une position stratégique : les gouverneurs sont indépendants et jouissent de pouvoirs larges. Ils sont compétents en matière de transport, de logement, d’éducation ou encore sur les questions de santé. Ils sont aussi très puissants, car ils gèrent des budgets colossaux au niveau local.

Leur poids est significatif dans les Etats où les ressources financières sont importantes. C’est le cas dans les Etats pétrolifères du Delta et de Rivers.

IZVOR: http://www.rfi.fr/afrique/20190308-nigeria-enjeux-elections-gouverneurs