SAD: Prvi ženski borac tvrdi da je silovan u vojsci

[Social_share_button]

Elle a été la première Américaine à piloter un avion de chasse au combat. En 26 ans dans l’armée de l’Air, elle s’est élevée jusqu’au rang de colonel. La sénatrice Martha McSally a affirmé mercredi qu’elle avait été violée par un supérieur lorsqu’elle était dans l’armée, expliquant n’avoir pas dénoncé son agresseur car elle n’avait « pas confiance dans le système ». Aujourd’hui, elle parle pour dénoncer «cette épidémie silencieuse».

Integrirani videozapis

CBS News

@CBSNews

“I thought I was strong, but felt powerless.” Sen. Martha McSally, the first female fighter pilot to fly in combat, revealed in an emotional Senate hearing that she was raped by a superior officer in the Air Force https://cbsn.ws/2NKVR1h

Martha McSally, une républicaine de l’Arizona, a livré un témoignage poignant au début d’une audition de la commission de la Défense du Sénat, qui entendait des victimes d’abus sexuels dans l’armée. Ce combat est « profondément personnel », a affirmé l’élue de 52 ans. « Je suis aussi la rescapée d’une agression sexuelle dans l’armée, mais au contraire de tant de rescapées courageuses, je n’ai pas signalé avoir subi » cette agression, a-t-elle dit. « Je ne faisais pas confiance au système à l’époque. J’avais honte et j’étais désorientée ».

La parole se libère

Elle n’a pas révélé le nom de son agresseur, ni la date à laquelle les faits se seraient déroulés. « J’ai été pourchassée et violée par un officier supérieur », a-t-elle continué, expliquant avoir décidé de parler de ce traumatisme seulement des années plus tard. A l’époque, les scandales d’abus sexuels s’accumulaient dans les forces armées, qui, selon la sénatrice, y apportaient « une réponse vraiment inadéquate ».

Elle a été « horrifiée » par la façon dont l’armée a réagi à son témoignage, et a assuré avoir failli démissionner « par désespoir », après 18 ans passés sous l’uniforme. « Comme d’autres victimes, je pensais que le système me violait une nouvelle fois », a expliqué Martha McSally, visiblement très émue. Elle a finalement choisi de ne « pas abandonner » et de devenir « une voix pour les femmes » dans l’armée, puis en politique.

« Rendre des comptes »

Après avoir quitté l’armée avec le grade de colonel en 2010, Martha McSally a été élue à la Chambre des représentants, avant d’être nommée fin 2018 pour occuper le siège du sénateur John McCain, décédé quelques mois plus tôt. Elle a souligné la responsabilité de la hiérarchie militaire, demandant un changement de culture dans l’institution.

A son entrée à l’école de l’armée de l’Air, en 1984, « les agressions et le harcèlement sexuel étaient courants et les victimes souffraient le plus souvent en silence », a-t-elle raconté. « Nous avons fait beaucoup de chemin pour stopper (ces agressions), mais nous avons encore beaucoup de chemin à faire », a mis en garde la sénatrice. « Je ne veux pas que les officiers de commandement échappent à leurs responsabilités, il faut qu’ils rendent plus de comptes pour résoudre ce problème ».

Selon un rapport publié par le Pentagone en mai 2018, le nombre d’agressions sexuelles signalées a augmenté de 10 % entre octobre 2016 et septembre 2017. L’armée américaine compte 1,3 million de personnes en service actif.