Liga prvaka: Još jedna remontada ... ima i drugih

[Social_share_button]

Vainqueur 2 à 0 à l’aller, la vapeur s’a été éliminé en 8e de finale retour de la Ligue des champions, battu 3 à 1 par Manchester United.

DANS LE RÉTRO

Le Paris SG, éliminé mercredi par Manchester United, a écrit un nouveau chapitre de l’histoire des remontées incroyables en Ligue des champions et, encore une fois, il en est la victime, tout comme l’a été Barcelone en 2018, l’AC Milan en 2005 et le Real en 2004.

La plus cruelle : Paris SG-Manchester United (2-0, 3-1)

L’entraîneur de Manchester United Ole Gunnar Solskjaer avait fait remarquer la veille qu’en C1, “les résultats sont parfois étranges”. Il fallait bien croire aux forces “étranges” pour espérer un exploit mancunien: avec une dizaine de joueurs blessés et Paul Pogba suspendu, les “Red Devils” n’avaient rien de démoniaque en se rendant à Paris, qui avait dominé le match aller (2-0).
Mais voilà, deux erreurs de Kehrer et de Buffon et un doublé de Lukaku. Bernat réduit le score sur une passe de Mbappé, méconnaissable. Et l’arbitre consulte la VAR pour accorder un penalty en toute fin de match sur une main de Kimpembe. Le PSG perd 3-1 et quitte la Ligue des champions pour la 3e fois consécutive en 8e de finale. Un cauchemar…

La plus inattendue : Roma-Barcelone (1-4, 3-0), en 2018

C’était Francesco Totti qui, lors du tirage au sort des quarts de finale, désigne Barcelone comme adversaire de sa Roma. Fraîchement retraité, il reconnaît dans la foulée que “cela aurait pu être mieux”… “On va affronter une des plus grandes équipes d’Europe”. Le match aller lui donne raison, puisque le Barça inscrit quatre buts à domicile, certes avec pas mal de réussite. Mais le retour est exceptionnel: le club romain, emmené par Edin Dzeko – en son “jardin d’Edin”, s’amusera L’Equipe le lendemain -, corrige une équipe de Barcelone qui, trop suffisante peut-être, commencera à jouer à 20 minutes de la fin du match. L’exploit est retentissant et dûment fêté dans les rues de Rome.

La plus incroyable : Barcelone-PSG (0-4, 6-1), en 2017

"Inqualifiable", naslov je dnevnika L'Equipe nakon ovog poraza 8 ožujka 2017. Paris SG upravo je napravio povijest kao jedini klub koji je eliminiran iz Lige prvaka nakon što je osvojio četiri gola u prvoj utakmici.

Auteurs d’une démonstration à l’aller chez eux, les hommes d’Unai Emery sont totalement inhibés par l’enjeu et la ferveur Barcelonaise au retour. Le Barça ouvre le score dès la 3e minute et malgré un but inscrit à l’extérieur par Edinson Cavani, les Parisiens finiront par sortir de la compétition la tête basse, après avoir concédé trois buts lors des sept dernières minutes du match (6-1). Dont le dernier, de Sergi Roberto, fait basculer le Camp Nou dans l’extase.

La plus ancienne : Barcelone-Chelsea (1-3, 5-1 a.p.), en 2000

Dix-sept ans plus tôt, le Barça de Rivaldo et Luis Figo réussit déjà une remontée fantastique, quoi que moins spectaculaire. Il fait tomber Chelsea au Camp Nou, 5-1 après prolongation, après avoir perdu 3-1 à l’aller en Angleterre. A l’époque, c’est le Norvégien Tore André Flo qui croit mettre les Blues à l’abri en inscrivant un but à l’extérieur précieux, à l’heure de jeu. Mais l’Espagnol Dani inscrit un troisième but synonyme de prolongation, durant laquelle Chelsea s’effondre.

La plus “française” : Monaco-Real Madrid (2-4, 3-1), en 2004

D’un côté Zinédine Zidane, Ronaldo, Raul ou Roberto Carlos. De l’autre, Dado Prso, Ludovic Giuly ou Jaroslav Plasil. Et à la fin… c’est Monaco qui passe en demi-finales. Le club de la Principauté signe cette saison-là l’un des plus grands exploits du football français en sortant le Galactique Real Madrid. D’autant plus incroyable que les Madrilènes ont gagné la manche aller 4-2.

Mais au retour, les hommes de Didier Deschamps réalisent un match de feu malgré l’ouverture du score de Raul: doublé de Giuly, but de Fernando Morientes, et voilà les Galactiques au tapis. Monaco n’arrêtera son parcours fou qu’en finale, butant sur le Porto de José Mourinho.

La plus rapide : Liverpool-AC Milan (3-3, 3 t.a.b. à 2), en 2005

Est-ce vraiment une “Remontada”? Ce qui reste à ce jour la finale la plus spectaculaire de la Ligue des champions s’est jouée sur un seul match. Mais les deux mi-temps de ce match de légende sont si différentes qu’un parallèle devient possible. Liverpool regagne en effet les vestiaires avec un déficit de trois buts au tableau d’affichage: Paolo Maldini marque à la première minute, Hernan Crespo un doublé juste avant la pause. Mais le capitaine des Reds Steven Gerrard sonne la révolte en réduisant le score, Vladimir Smicer et Xabi Alonso arrachent la prolongation, et Liverpool finit par s’imposer aux tirs au but sous les yeux humides de leurs supporters incrédules.

source: https://www.europe1.fr/sport/ligue-des-champions-encore-une-remontada-mais-le-psg-nest-pas-seul-3869285