Ne, lady Diana nije bila trudna tijekom svoje fatalne nesreće. DETERMINANTNE ANALIZE

[Social_share_button]

Les analyses de sang ont enfin parlé. Plus de vingt ans après la mort de lady Diana dans un accident de voiture sous le pont de l’Alma, à Paris, une équipe de scientifiques apporte la preuve que la princesse n’était pas enceinte au moment du drame. Explications.

C’est une analyse de sang qui clôt définitivement le débat. Une médecin légiste vient de révéler après des analyses déterminantes que lady Diana n’était pas enceinte lorsqu’elle est morte, dans cet accident de voiture sous le pont de l’Alma, à Paris, le 31 août 1997. Un article du journal anglais The Times en fait la révélation, en s’appuyant sur un livre sur le point de sortir, et dont le titre peut se traduire par : « Une légiste recherche la vérité ». L’auteure de cette enquête, la professeure Angela Gallop, 45 ans, s’est appuyée sur deux extraits sanguins de lady Diana. Le premier extrait sanguin lui a permis de mettre au jour que lady Diana ne comportait pas d’hormone de grossesse (hCG). « Le second a permis de découvrir qu’elle ne prenait pas de pilule contraceptive. », a indiqué la professeure Angela Gallop au Times.

Celle qui est cheffe de l’équipe légiste de l’université prestigieuse King’s College, à Londres, a dirigé une équipe de scientifiques, afin de savoir si Diana attendait un troisième enfant lors de cette accident. Les transfusions de sang qui ont été fournies à la princesse pour tenter de la maintenir en vie en vain après l’accident ont compliqué ces tests. Le sang analysé a été recueilli sur le siège occupé par Diana dans la Mercedes où elle a perdu la vie. Les proches de Diana avaient déjà affirmé qu’aucun indice n’indiquait que Diana était enceinte.

A la fin de l’été 1997, la mort de Diana, dans un accident avait choqué. La princesse de Galles se trouvait en voiture avec son amant Dodi Al-Fayed et le chauffeur Henri Paul. Sa disparition avait choqué sa famille, et en particulier son fils Harry, alors âgé de douze ans. Cette disparition expliquerait d’ailleurs sa volonté de quitter le palais de Kensington, où Diana se sentait oppressée, et alors qu’Harry voudrait protéger sa famille avant l’arrivée d’un enfant au printemps. Ami de Meghan Markle et du prince Harry, l’acteur George Clooney avait récemment estimé que la duchesse de Sussex subissait un acharnement comparable à celui dont Diana avait été victime.

Victor Nicolas SOURCE : GALA